Vous avez reçu du courrier

Quelques milliers de kms chaque année, ouvrent l'esprit et font mal aux pieds !


Posté par LanaS à 07:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 septembre 2011

Les liens sacrés du mariage

La réceptioniste de l'hotel a 24 ans.

Un peu comme Chihiro, elle a commencé par me parler longuement tous les soirs, tout en sachant que je ne comprenais que le dixième de ce qu'elle disait. Puis quand je me suis suffisemment habituée à son accent et à son vocabulaire, nous avons pu avoir quelques échanges simples. Enfin, assise derrière le comptoir plus de deux heures tous les soirs, je suis devenu un élément du décor au même titre que les plantes et le chat. Je suis un peu comme un animal apprivoisé: les clients me font parler un peu ("Oh, elle parle ?  Où l'as tu trouvée ? Comment elle s'appelle ? Vas y, dis nous quelque chose !"), je surveille la réception quand il n'y a personne pour le faire, et comme tout bon animal de compagnie, je fais quelques tours pour lesquels je reçois des récompenses: "Je t'ai amené une pastèque ! Vas-y, dis nous quelques mots en français!".

Comme la majorité des gens de la ville, la réceptionniste n'est pas d'ici. Oui, les gens de Shenzhen viennent de tous les coins de la Chine, à la recherche de l'ascenseur social. Leurs parents sont chauffeurs de moto-taxi, restaurateurs; eux sont ouvriers, négociants, ingénieurs. Ici plus souvent qu'ailleurs on se questionne sur ses origines: "Tu manges des nouilles ?" demandera-t-on pour confirmer que quelqu'un vient du Nord. S'il a plutôt un accent du Sud, la question deviendra: "Tu manges du riz ?" - les gens du Sud mangent des produits à base de riz et ceux du Nord à base de blé, comme chacun sait. "Ta prononciation du mandarin est très claire, tu viens du Nord, n'est-ce pas ? - Tu rajoutes du piment à tout ce que tu manges. Tu viens du Sud, hein ?"

A ces questions, on répondra sobrement: "Oui, nous autres natifs de Hunan, nous mangeons toujours épicé." ou encore "Ma province natale est Hubei, nous parlons le mandarin preque sans accent."

La réceptionniste est arrivée ici il y a trois mois. Elle s'est enfuie de sa maison, pour échapper à un mariage arrangé. Mariage arrangé ne veut pas dire mariage forcé: ses parents savent très bien où elle est, ils lui téléphonent, mais ne l'ont pas dénoncée à son ex-futur mari. Ils voulaient lui trouver un époux car à 24 ans, elle devrait déjà avoir fondé une famille. Je crois qu'elle s'est enfuie par dépit, voilà ce que j'ai pu reconstituer de son histoire, depuis mon niveau de chinois relativement bas:

Elle avait un petit ami, plutôt aisé et bien plus agé qu'elle, pas spécialement beau. Mais il était très gentil avec elle, l'avait aidée à de nombreuses reprises quand elle avait des ennuis, aussi en était-elle tombée amoureuse. Ce n'était pas pour son argent qu'elle l'aimait bien: elle est jeune et jolie, et avec la pénurie de filles actuelle en Chine, les jeunes prétendants beaux et riches ne manquent pas. Ici, les filles n'ont pas vraiment besoin de se torturer pour être belles. C'est la loi de l'offre et de la demande: des filles, il n'y en aura pas pour tout le monde, tous en sont bien conscients: c'est aux garçons de se mettre en valeur, de passer des heures chez le coiffeur, de se parer d'atours colorés, de se démarquer. Comme au Japon, c'est dans la classe ouvrière que l'on trouve les styles les plus extravagants.

Un jour, les parents de la jeune réceptionniste lui ont fait part de leurs projets de mariage avec un parfait inconnu. A ce moment, elle s'est probablement rendue chez son riche amant pour le persuader de demander sa main et faire d'une pierre deux coups: rassurer ses parents sur son avenir et lui éviter le mariage arrangé. Mais son amant n'était pas l'ange qu'elle croyait: il était marié, avait même des enfants. Ses beaux rêves fleuris s'étant brusquement évanouis, et n'ayant plus personne pour la sauver de son futur mari inconnu, elle s'est enfuie, et a atterri ici.

"Tu sais, il y a souvent des hommes qui me proposent de me payer des cadeaux, de m'inviter au restaurant. Beaucoup de filles se laissent séduire ainsi. Mais je ne suis pas comme ça. Je suis une fille bien, pas quelqu'un qu'on achète, je ne veux pas profiter de l'argent d'inconnus.

Tu sais mon amant, il m'a dit qu'il voulait se marier avec moi. Qu'il quitterait sa femme, abandonnerait ses enfants et qu'il me sauverait du mariage arrangé. Mais je ne suis pas comme ça. Je ne vais pas voler le mari d'une femme enceinte qui ne travaille pas, et qui a des enfants en bas âge, tu te rends compte ! Maintenant il veut m'épouser, mais plus tard s'il trouve une autre femme plus jeune, je finirai moi aussi seule avec mes enfants. Mais je l'aime, que dois-je faire ?!

- Tu as raison, mais je n'en sais rien.

- Bien sûr que tu ne sais pas ! Tu n'es qu'une enfant."

A bien y regarder, tu n'es pas beaucoup moins enfant que moi.


Commentaires

    comment tu fais

    Posté par pap'chan, 09 septembre 2011 à 13:41

    comment tu fais pour te trtouver dans des endroits pareils ou aucun etranger(d'ailleurs que de chine)n'oserait jamais mettre les pieds ?

  • Posté par Lana-chan, 09 septembre 2011 à 14:26

    ca rejoint la question: "comment tu fais pour te faire accepter par les gens du coin même quand vous avez pas un mot en commun ?", je compte bientôt écrire un article sur le sujet XD

  • Normal

    Posté par pap'chan, 09 septembre 2011 à 16:28

    Normal de te faire accepter, quand t'es un petit bout'chou un bb de rien dutout tout le monde a envie d'etre le premier a lui demander de faire risette, a kel é mignon' la p'tit' chose etc, la pas de probleme, ce qui est étonnant c'est que la p'tit'chose mesure 1,75 m dans un pays ou il est dans l'inconscient collectif que beaucoup, mais beaucoup de personnes ne doivent pas depasser le metre cinquante !

Poster un commentaire